algerie-changement-politique
connexion etablie
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Avril 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

CE FORUM SE VEUT ETRE UN ESPACE DE LIBERTÉS ET D'ECHANGE D’IDÉES ET TOUT LE MONDE EST BIENVENU POUR DÉBATTRE DE LA POLITIQUE ,DES MOYENS DE CHANGER LES CHOSE DANS NOTRE PAYS,DES DROITS DE L'HOMME , DÉNONCER LES ABUS ET FAIRE DES PROPOSITIONS DE SOLUTIONS DE SORTIE DE CRISE. NOUS DEMANDERONS A NOS MEMBRE D'USER D'UN LANGUAGE RESPECTUEUX ET TOUS LES AVIS SONT ACCEPTES ET ON OPPOSE AUX IDEES ? DES IDEES ET DE CETTE FACON ? LE DIALOGUE SERA CONSTRUCTIF.

IL APPELLE À REMETTRE LA LADDH EN MOUVEMENT Ali Yahia Abdenour accuse Benissad d'autoritarisme

Aller en bas

default IL APPELLE À REMETTRE LA LADDH EN MOUVEMENT Ali Yahia Abdenour accuse Benissad d'autoritarisme

Message par lalileche le Lun 1 Juil - 11:44


Par Karim AIMEUR - Lundi 01 Juillet 2013 - Lu 349 fois
Taille du texte :

Le torchon brûle entre les deux hommes
Me Ali Yahia Abdennour accuse le président de la Laddh d'autoritarisme et d'avoir foulé aux pieds les idéaux et les valeurs des droits de l'homme.
L'immobilisme qui a affecté la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (Laddh) fait réagir son président d'honneur, Ali Yahia Abdenour.
Dans une lettre ouverte adressée à l'actuel président de l'organisation, Noureddine Benissad, Me Ali Yahia Abdennour accuse ce dernier d'autoritarisme et d'avoir foulé aux pieds les idéaux et les valeurs des droits de l'homme.
«Le président de la Ligue ne fait pas preuve de maturité et de responsabilité en restant sourd aux appels qui lui demandent de procéder aux réunions régulières du comité directeur et du conseil national et à l'application intégrale de leurs décisions, souvent confisquées», écrit Ali Yahia Abdenour.
«Il (Me Benissad, Ndlr) n'a, à l'esprit, qu'une seule urgence, qu'une seule obsession, maintenir le pouvoir dont il dispose sans partage, rester à la tête de la Ligue et affaiblir ceux et celles qui le contestent, et faire taire les membres du comité directeur qui posent des problèmes», poursuit le président d'honneur de la Laddh.
Pour Ali Yahia Abdenour, le comité directeur désigné par Me Benissad n'est que «décoratif». Ces graves accusations n'ont pas suscité, jusqu'à preuve du contraire, la réactions de Me Benissad. Ce dernier, dont nos tentatives de le joindre, hier, étaient vaines, a commencé à être contesté depuis quelques mois par les cadres de la Laddh qui, en coulisse, chuchotent,mais sans le dénoncer publiquement pour le moment.
Voilà donc une lettre qui risque de rouvrir la crise que la Ligue traverse depuis 2005, lorsqu'elle a été divisée en deux ailes. La lettre de l'un des fondateurs de la Laddh, en 1985, Ali Yahia Abdenour, poussera-t-elle ces cadres à sortir des coulisses pour se faire entendre en public?
Le président actuel de la Ligue est accusé d'avoir immobilisé l'organisation connue pour son activisme.
«Il faut la remettre en mouvement», plaide Ali Yahia Abdenour dans sa lettre où il n'a pas ménagé l'ex-président de la Laddh, Mostefa Bouchachi, député FFS. C'est d'ailleurs sous le «règne» de Me Bouchachi que les problèmes d'Ali Yahia Abdenour avec la Laddh ont commencé. En 2011, la Laddh était l'une des organisations qui ont lancé la Coordination nationale pour le changement démocratique (Cncd) dont l'objectif était le changement pacifique du système politique. Quelques mois après, la Laddh, sous la conduite de Me Bouchachi s'est retirée de la Cncd, mais son président d'honneur avait tenu à son principe et aux objectifs de la Cncd. Mostefa Bouchachi a démissionné par la suite de la Laddh pour se présenter aux élections législatives du 10 mai 2012 sous la bannière du FFS, ce qui avait mis hors de lui Ali Yahia Abdenour. Dans sa lettre,
Me Ali Yahia estime que la dérive autoritaire au sein de la Ligue a commencé par le changement des statuts décidé lors du 3e congrès en 2010, avec l'arrivée de Mostefa Bouchachi qui a «concentré tout le pouvoir». «Le comité directeur, qui est l'exécutif de la Ligue, n'est plus élu par le conseil national, mais désigné par le président», souligne Ali Yahia Abdenour, estimant que cette concentration de pouvoir supprime le «contre-pouvoir» que représentait le comité directeur.
«Bouchachi, qui avait la haute main sur l'argent de la Ligue, avec le secrétaire général et le responsable des finances, ne se sont pas soumis à un contrôle financier par le comité directeur et le conseil national», poursuit Me Ali Yahia, tout en déplorant le refus de présentation d'un bilan financier.
Ce refus aurait poussé Kamel Dine Fekhar, membre du comité directeur, à afficher son intention de déposer plainte auprès de la justice pour «détournement de fonds de la Ligue par des personnes à leur profit».
avatar
lalileche
Admin
Admin

Messages : 204
Date d'inscription : 16/10/2007
Age : 61
Localisation : algerie

Revenir en haut Aller en bas

default MOHAMED MECHATI MEMBRE DES 21 DE LA REVOLUTION

Message par lalileche le Lun 1 Juil - 13:29

. Dans les années 1980, j’ai adhéré à la Ligue des droits de l’homme de Miloud Brahimi. Et là aussi, j’ai été berné.

Quand on m’avait montré la liste des fondateurs dont faisaient partie Monseigneur Duval, Benhabylès et d’autres personnalités, j’ai adhéré. Mais c’est par la suite que j’ai compris que l’objectif de la création de cette ligue - dans laquelle, au demeurant, je me suis comporté comme un opposant - était d’escamoter la Ligue des droits de l’homme de Me Ali Yahia Abdenour. Maître Ali Yahia est un homme exceptionnel à qui je ne rendrais jamais assez hommage. Avec lui, je ne suis pas seulement prêt à entreprendre des actions communes, mais à l’avoir comme un chef. Durant ma vie de militant, soit depuis 1947, j’ai eu deux chefs : Guerras Abderahmane, «welid houmti» (originaire du même quartier de Constantine), mais pas seulement pour cela. C’était un homme d’une grande classe. Sur le plan du militantisme, humain. Il était mon chef. Il était mon ami. Mon deuxième chef était Boudiaf. Je ne l’ai pas choisi, c’est lui qui m’a choisi… Mais il était d’un comportement… Il m’a considéré comme un ennemi… et moi je ne supportais pas de travailler sous sa houlette comme un subordonné qui écoutait et obéissait au doigt et à l’œil.
avatar
lalileche
Admin
Admin

Messages : 204
Date d'inscription : 16/10/2007
Age : 61
Localisation : algerie

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum