algerie-changement-politique
connexion etablie
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

CE FORUM SE VEUT ETRE UN ESPACE DE LIBERTÉS ET D'ECHANGE D’IDÉES ET TOUT LE MONDE EST BIENVENU POUR DÉBATTRE DE LA POLITIQUE ,DES MOYENS DE CHANGER LES CHOSE DANS NOTRE PAYS,DES DROITS DE L'HOMME , DÉNONCER LES ABUS ET FAIRE DES PROPOSITIONS DE SOLUTIONS DE SORTIE DE CRISE. NOUS DEMANDERONS A NOS MEMBRE D'USER D'UN LANGUAGE RESPECTUEUX ET TOUS LES AVIS SONT ACCEPTES ET ON OPPOSE AUX IDEES ? DES IDEES ET DE CETTE FACON ? LE DIALOGUE SERA CONSTRUCTIF.

initiative pour un changement pacifique, quelques details

Aller en bas

default initiative pour un changement pacifique, quelques details

Message par lalileche le Mer 10 Sep - 22:46



Les conséquence directes du dernier scrutin présidentiel entaché d’irrégularités graves, auquel viennent se superposer les différentes crises sociales , Economiques et régionales, ainsi qu`un passif de dix années de sang et de feu dont le règlement juste et équitable est sans cesse reporté, et la crise de mobilité, d`activité du pouvoir en place qui voit en ce statu-quo, ''l`immobilisme'', la seule attitude qui ne risque pas de bousculer ''SES'' certitudes,son pouvoir aussi fragile qu`un nid d`araignée, une autre cause vient se greffer a cette situation, le soutien des puissances étrangères, ennemies je dirais, fait que les richesses du peuple algérien vont dans les caisses de ces puissances après la souveraineté nationale qui reste un vain mot dorénavant

L’élection du 17 avril 2014 a été une nouvelle occasion pour le Pouvoir sortant de faire usage du financement  l’argent des contribuables, pour soutenir à nouveau une confusion électorale. Les responsables et des entrepreneurs et gare a celui d`entre eux qui ne paye pas ,Rabrab l`a paye par l`incendie de l`usine samsung, d`autres par des redressements ou des blocages bureaucratiques, le soutien de l`union européenne et des usa n`est pas négligeable, c`est même le seul paramètre que le pouvoir prend en ligne de compte, une police en sureffectif est capable de mater n`importe quelle révolte populaire, pour peu que l`occident ferme l`œil ,une armée puissante a l`appui, garante de la continuité et du maintien.
La crise politique en Algérie est bien la conséquence de cette fâcheuse absence de vérité des urnes imposée depuis 1962 au citoyen déchu de sa citoyenneté.  

Des voix d`observateurs européens libres des élections en Algérie ont relevé  le niveau important d’imperfections , fraude, listes électorales non mises a jour, vote des corps constitues ,partialité de l`administration sont tous des facteurs qui ont fait dire a ces observateurs libres et a l`unanimité que les élections sont d`irrégulières et ne permettent aucune expression populaire relativement libre.Pour couronner le tout, le 17 avril, ils ont décline l`invitation, le ridicule était trop gros

En conséquence, l`Algérie n’a pas de Président légitime !elle n`en a jamais eu! Il est donc impossible de déterminer de manière crédible le véritable paysage politique . Les résultats compilés de manière non-contradictoire, annoncés unilatéralement par les institutions électorales instrumentalisées par le Pouvoir  sont loin de refléter le choix des électeurs , ce qui rend impossibles les alliances intelligentes entre les partis politiques.

La mise en scène soutenue par la force militaire, le clientélisme institutionnalisé ,les différentes Commission Électorales Nationale ''Indépendantes''désignées par le pouvoir même , sans que les parties n`aient un mot a dire , le rôle du conseil Constitutionnel devenu une boite a approuver les remontrances du pouvoir en place ,l`annonce par procuration de la candidature du président illégitime, la prestation de serment ajournée en dehors de toute légalité constitutionnelle, illustrent la réalité d’un scrutin dévoyé et ne peuvent cacher le malaise sociétal qui en résulte. Le Pouvoir politique perpétue une démocratie de façade, ce qui n’est rien d’autre qu’une véritable démocratie de la honte, dans ce pays  où mauvaise gouvernance, l`arbitraire et l`incompétence sont érigés en valeurs cardinales de la République afin de prolonger pour cinq ans un règne fondé sur une gouvernance économique catastrophique.

Pour l’instant les marches et contestations du Peuple et de la Diaspora, n’ont pas encore eu raison de l’abus de pouvoir systémique. Un système de délation et de migration politique se met en place, alimenté par l’envie de certains de grossir les rangs du système clientéliste. Tous ceux qui s’y aventurent, sont prêts à perdre leur âme, autant que toute valeur éthique ou déontologique, et s’abritent derrière une fausse-naïveté pour faire croire qu’il est possible de changer le système du dedans. En réalité, ils ont choisi le camp de la contre-vérité des urnes, consciemment ou inconsciemment.

Le choix fait par Faune saidienne-bouteflikienne, de reconduire son dernier Premier Ministre,spécialiste et collectionneur de bourdes grossières, sans aucune autorité,et avant lui le l`invalide autoproclamé  monarque de la dynastie alaouite, est un signe très fort de verrouillage politique, et marque sa volonté de perpétuer une gouvernance aux antipodes de la démocratie. Le témoignage de cette volonté est attesté par les manœuvres en cours où rupture et changement restent synonyme de statu quo.

Des moyens colossaux sont dépensés, pour des campagnes de communication destinées à faire oublier les graves irrégularités des élections, invalidantes en termes de légitimité et qui plus est, reconduisent un invalide des "invalides". On ne peut exclure semble-t-il, le recours à la corruption pour déstabiliser certains partis politiques, soit par le haut, soit en instrumentalisant certains de leurs adhérents ayant choisi la trahison. Le poids et les « arguments » de ce système ne peuvent qu’intimider les plus vulnérables.

Les transhumances politiques en cours dans certains partis politiques et la partition de certains autres sont de nature à affaiblir leur unité, surtout lorsque le principe de choix démocratique des candidats à la candidature fait encore défaut.
Il n`y a plus d`autre choix que d`accepter la contrevérité des urnes ou alors choisir de continuer le combat pour la vérité des urnes.

Le Peuple doit prendre conscience qu’il peut choisir une autre voie, celle de la vérité des urnes, et l’imposer par la force inébranlable de sa détermination, et alors seulement,il pourra faire taire les divisions qui pourraient naître jusque dans la cellule familiale. Cette démarche est salutaire car l`Algérie ne peut se construire ni sur la base du mensonge, ni sur celle de la division, et encore moins du silence coupable !

Parmi les acteurs politiques, opérateurs économiques, dirigeants des institutions, représentants des organisations de la société civile, aucun, en raison de son expérience personnelle ou en se référant à la mémoire collective, ne peut se prévaloir d’une méconnaissance de cette situation, ni justifier la force d’inertie généralisée qui affecte le corps social dans son ensemble.
Chacun connaît la vérité, autant que les causes du « malaise algérien », mais nul officiel n’accepte de le dire et de l’assumer publiquement. Chacun sait, qu’un clan très minoritaire de la population gouverne le pays, sur la base exclusive de considérations  claniques élargies à un cercle militaro- politico-mafieux. Ce facteur déterminant empêche notre pays d’accéder à l’indispensable cohésion sociale qui conditionne le développement d’une nation.

les voix porteuses du haut message de la religion et du vivre ensemble, des droits syndicaux, politiques et sociaux,sont mises en sourdine par la force d`un appareil répressif et judiciaire surarmé et en sureffectif .

Ils ont peur,Peur de quoi ? peur pour quoi? pour le pays?, pour le peuple? bien sur que non!, ils ont peur de la justice populaire, peur pour leur famille et les fortunes illégales amassées a l`hombre de la corruption generalisee ; pour l`honneur, il faut repasser, niet!

La violation permanente des principes démocratiques, permet à la Nomenklatura d’asseoir une gestion patrimoniale et une mentalité de rentier qui conduit à piller le pays, sans d’ailleurs créer des richesses nouvelles, plongeant ainsi la population dans une grande détresse.

Le, pays riche des productions de son sous-sol, de son agriculture, de ses infrastructures, dispose de revenus dont le montant ne se trouve pas à l’identique dans le budget de la Nation, profondément diminué par le refus de redistribution et vraisemblablement la cupidité de ses dirigeants.la Faune prédatrice , s`est  arrogée un droit de sujétion permanent et inaliénable, sur les algériens et sur la richesse de la Nation, qu’ils gèrent en bien prive  et non dans l’intérêt collectif.

Les dysfonctionnements récurrents au sein de tout l’appareil d’Etat, l’absence de séparation des pouvoirs, caractéristique primordiale de de notre pays, sont encouragés par le silence de certaines élites, qui équivaut de fait, à un laisser-faire, un silence complice mortel pour l`avenir de l`Algérie en tant qu`état nation.

La question des Droits de l’Homme recouvre de manière incontestable une dimension historique, inséparable de leur caractère universel. Ainsi en Algérie, l’impunité a toujours été magnifiée et encouragée dans le seul but de maintenir en place les tenants du pouvoir. Ce faisant, les racines de la discorde nationale plongent très loin dans le temps. Cette particularité due à la construction historique ne saurait être écartée dans une véritable entreprise de retour de la confiance entre les dirigeants et le Peuple,une réconciliation dans le cadre d`une commission vérité et justice,sont d`une nécessité insistante, sous peine , de laisser perdurer et aggraver les causes qui ont empêché jusqu’ici le développement harmonieux de notre nation.

Le Président sortant auto-investi, a montré dans la durée, qu’il n’éprouvait aucun engouement pour affronter la réalité des faits historiques et assumer le poids de ses propres responsabilités, ou pour  rendre compte, en toute transparence, de sa gouvernance,les autres cadres en font de même,c`est dans l`ordre naturel des choses.

Parce que certains, dans les institutions de souveraineté  ont délibérément choisi de se taire, le Peuple algérien se retrouve avec un système qui lui dénie son autodétermination. Ce n’est pas de cette manière que ce Peuple pourra reconstruire une société de confiance. Les citoyens ,sans armes, veulent faire avancer l’exigence du droit à la vérité des urnes, et sont loin d’accepter l’idée d’une démocratie falsifiée et au rabais.

Pourtant, la lumière n’a jamais été cachée par les ténèbres ! Au-dessus des partis politiques, les mouvement d`opposition non reconnus par ce pouvoir, ont fait le choix de rester à l’écoute du Peuple , de ne pas se taire, et d’empêcher les tractations et conciliabules faits sur le dos de ce Peuple. ils s`attachent fermement a le convaincre qu`il doit se rendre  à l’évidence qu’il est seul pour mener le combat pour la vérité des urnes; De sa capacité de mobilisation interne dépend l’amélioration de sa condition. Malgré tous les obstacles dressés devant lui, en continuant pacifiquement son combat contre la République du mensonge et de l’abus de droit, une frange importante de la population garde son espoir et est a l`écoute, et nourrit l’espoir qu’il est possible grâce à un élan républicain, dans un avenir très proche, de faire reculer le népotisme, faire triompher l’Ethique et les valeurs de la Démocratie.

Le peuple doit se mobiliser dans une coordination pour surveiller les urnes et vérifier les listes électorales, elle devra regrouper des algériens de tous bords et s`imposer comme acteur incontournable dans cette lutte pacifique et je pense que c`est la , le meilleur moyen de reconquérir notre souveraineté sans faire couler le sang dont sont avides les tenants du pouvoir. elle appellera l’ensemble des partis politiques, des associations de la société civile, à contribuer à l’avènement de ce processus, seule voie alternative pouvant conduire à la paix et au retour de la confiance.

On ne prétend nullement détenir seul la vérité, au contraire, mais on est persuadé d’en porter au moins une part. nous apportons l’éclairage de l`analyse objective et tentons d’organiser et de sensibiliser des forces populaires qui auraient,facilement rejoint des mouvements non pacifiques. on s`inscrit donc fondamentalement dans une dynamique pacifique.
Pour résoudre l’actuelle crise politique profonde, il y a lieu d’ouvrir les perspectives d’une nouvelle phase transitoire,  d’élaborer, sur des bases de transparence et de vérité des urnes,   une feuille de route, sous forme de Charte de refondation de la Démocratie.  

A partir du recueil d`avis pluriels de citoyens et auprès de la diaspora, nous avons relevé quelques propositions émises par les citoyens toutes tendances confondues, elles pourraient bien sur faire l`objet d`un enrichissement en vue d`obtenir un consensus aussi large que possible.
-création du conseil de dialogue national
-Créer une autorité indépendante et consensuelle pour le suivi, la mise a jour des fichiers électoraux et l`organisation des élections,qui aura une souveraineté totale durant l`exercice de ses missions.
-La constitution d`un  conseil présidentiel  charge du rôle de la présidence pour une durée maximale d`une année, ce conseil annoncera un ensemble de mesures a même de rassurer les citoyens et les états qui ont des relations avec notre nation.les mesures sont les suivantes :
-  Dissolution des deux chambres parlementaires, de tous les partis et les associations financées par le trésor public.
- Organiser des élections pour une assemblée constituante qui remplacera l`APN , elle sera provisoire, jusqu`a l`élection d`une nouvelle APN, dans un délai maximum d`une année
- L`assemblée constituante aura pour mission, la rédaction d`une nouvelle constitution, pour une nouvelle république, la constitution devra être d`essence démocratique et sociale , dans le cadre de nos valeurs civilisationnelles , elle consacrera la séparation des pouvoir et la souveraineté de la justice , l`égalité et les libertés individuelles et collectives.
- La nouvelle constitution sera soumise au référendum populaire
- Organisation des élections présidentielles en vertu de la nouvelle constitution.
-Organisation des élections législatives et locales.

Le gouvernement transitoire devra s`appuyer sur les compétences nationales pour élaborer une feuille de route post-élections qui devra avoir l`aval de l`assemblée constituante et l`appliquer .      
les mesures de détente que devra prendre le conseil presidentiel

mesures pratiques:
1. LIBERATION DES DETENUS POLITIQUES

Cette mesure, est un préalable  qui doit intervenir avant le démarrage de tout processus de discussions et de négociations. Cette libération s’accompagne également de l’abandon immédiat de toute poursuite judiciaire pour des motifs politiques ou d’opinion.

LE ROLE DU LA CONSEIL DE DIALOGUE NATIONAL:

Le conseil du dialogue national, formé de personnalités indépendantes et reconnues pour leur probité aura pour mission, d`élire en son sein , les membre du gouvernement provisoire et le conseil présidentiel, et ,Afin d’éviter les ingérences et les pressions, le lieu des travaux devra bénéficier de toutes les conditions de sécurité et sera ouvert a la couverture médiatique dans les temps sans aucune restriction , ceci pour donner un gage d`ouverture d`une nouvelle ère dans la pratique politique et impliquer plus le citoyen dans la gestion de son avenir , le conseil aura le pouvoir de convoquer les divers acteurs ou experts qu`il jugera utile a la poursuite de ses travaux dans un cadre consultatif, il sera dissous a l`adoption des règles définissant les prérogatives des instances provisoires qu`il est charge de constituer.
Les délais accordés aux travaux de ce conseil seront de 30 jours,et un délai supplémentaire de 10 jours après une pause de 10 jours,lui est accorde pour l`étude des réserves éventuelles et la validation des travaux après examen des requêtes éventuelles.

Les résultats et recommandations du conseil, sont  en toute transparence , mis à la disposition du public, tout citoyen a droit d`émettre des réserves objectives sur les choix des hommes qui dirigeront les institutions exécutives provisoires issues des travaux du conseil du dialogue national.

Les exécutifs ainsi élus au sein de ce conseil , pourront prendre leur fonctions respectives et entreprendront l`application de la feuille de route établie par le conseil dans son volet électoral"processus electoral", avec le respect des délais et garanties d`élections transparentes.

L’adoption par le Gouvernement ,de cette feuille de route, est définitive. Les modifications ne peuvent se faire que sur convocation de ce même conseil, seul apte a les réviser.

l’organisation d’un recensement général intégrant la Diaspora ,est une nécessite fondamentale pour etablir une nouvelle liste électorale sera établie, avant toute élection.


D.lalileche  membre du conseil national LADDH
avatar
lalileche
Admin
Admin

Messages : 204
Date d'inscription : 16/10/2007
Age : 61
Localisation : algerie

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum